Migration et travail décent

L’OIT, l’UFPCI, et la PCSM-CI sensibilisent à la migration choisie et bien préparée des jeunes footballeuses et footballeurs en Côte d’Ivoire

La campagne de sensibilisation à la migration choisie et bien préparée des jeunes footballeuses et footballeurs de Côte d’Ivoire sous l’égide de l’Organisation internationale du Travail (OIT) en collaboration avec l’Union des Footballeurs Professionnels de Côte d’Ivoire (UFPCI) et la Plateforme des Centrales Syndicales sur la Migration en Côte d’Ivoire (PCSM-CI) se poursuit en Côte d’Ivoire.

Communiqué de presse | 15 février 2024
Abidjan (Nouvelles de l’OIT) – L’OIT avec l’Union des Footballeurs Professionnels de Côte d’Ivoire (UFPCI) et la Plateforme des Centrales Syndicales sur la Migration en Côte d’Ivoire (PCSM-CI) ont organisé en marge de la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Football (CAN), une sensibilisation des jeunes footballeuses et footballeurs à la migration choisie et bien préparée.
Les jeunes footballeurs posant des questions aux anciens internationaux
L’objectif de cette campagne qui s’inscrit dans le prolongement de celle entreprise depuis 2022 avec la FIFPRO et la Fondation Didier Drogba est d’informer et de sensibiliser les jeunes footballeurs à l’importance d’une migration choisie et bien préparée afin de leur permettre de savoir et comprendre comment planifier et réaliser un projet de migration dans des conditions de liberté, de dignité, d’équité et de sécurité afin atteindre un travail décent. Elle vise également à présenter les risques et à donner des orientations et des informations fiables aux jeunes talents du football dont la CAN a ravivé les rêves à poursuivre une carrière professionnelle.




Cette initiative s'inscrit dans le cadre du programme intégré de l'OIT sur le recrutement équitable (FAIR), qui promeut des pratiques de recrutement équitables au niveau mondial, dans les pays d'origine et de destination, et dans des couloirs de migration spécifiques, y compris depuis la Côte d'Ivoire, ainsi que du programme conjoint sur la gouvernance des migrations de main-d'œuvre (JLMP).
Coumba Diop, Directrice du Bureau pays de l’OIT pour la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo, invitant les jeunes footballeurs à vivre leur passion, mais en s’assurant d’avoir toutes les informations qui les protègent
A travers cette sensibilisation, l’OIT et ses partenaires ont passé des messages forts aux jeunes selon Ndeye Coumba Diop, Directrice du Bureau pays de l’OIT pour la Côte d’Ivoire, le Benin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo.
« Jeunes, vivez votre rêve et votre passion de devenir les futures idoles dans de grandes équipes. Mais assurez-vous que toutes les informations pour bien gérer votre carrière en tant que footballeur professionnel sont respectées » a conseillé Mme Coumba Diop expliquant que ‘’la pratique du football doit être considérée comme une profession à part entière, nécessitant la protection des droits fondamentaux de ses praticiens’’.
« Pour ceux qui ne parviennent pas à réaliser leurs aspirations d’une carrière internationale dans le football, l’investissement dans leur éducation et leur formation professionnelle représente une alternative valable pour s’intégrer aisément dans la vie active » a-t-elle ajouté.

Djibil Cissé, Ancien international Français qui a fait les beaux jours de Liverpool, exhortant les jeunes footballeurs et footballeuses à faire de l’éducation leur priorité
Les anciens footballeurs internationaux Cissé Djibril, Marc Zoro, Didier Otokoré, Ghislain Akassou, Wilfried Kanon et Michael Pottey, étaient de cette campagne qui leur a permis d’échanger directement avec les jeunes footballeurs et footballeuses.

En pédagogues d’un jour, chacun de ces internationaux retraités a prodigué des conseils aux jeunes footballeurs venus nombreux les écouter.
« C’est une erreur de croire qu’on peut faire que du foot et cela va marcher forcément. Il faut avoir un plan B, une solution de repli. Je suis bien placé pour le savoir. Des blessures peuvent arriver et mettre fin à une carrière malgré tout le talent qu’on a » a martelé l'ancien international français et sociétaire de Liverpool, Djibril Cissé, soulignant l'importance de l'éducation, de la connaissance de leurs droits et d’une bonne préparation pour les jeunes footballeurs et footballeuses qui rêvent d'une carrière internationale et qui envisagent d'émigrer.

Zoro Marc, ancien international ivoirien et président de l’Union des Footballeurs Professionnels de Côte d’Ivoire( UFPCI), mettant en garde les enfants contre les faux agents
Comme Djibril Cissé, Zoro Marc a invité les jeunes footballeurs à faire de l’éducation leur priorité. « Croyez en votre rêve, mais allez à l’école. Faites surtout attention aux faux agents ».
Chaque année, on estime à environ six mille le nombre de jeunes hommes et femmes qui migrent de l'Afrique occidentale vers des pays étrangers. De nombreux témoignages sont récurrents quant aux conditions difficiles dans lesquelles se retrouvent les jeunes qui, en migrant, rêvent de rejoindre des académies de football ou jouer dans des ligues de football professionnels. Mais dans de rares cas, la migration de ces jeunes joueurs débouche sur une carrière réussie dans le football.

Dans la majorité des cas, les jeunes sont peu préparées, peu ou mal informées ou mal formées sur leurs droits.
La protection des jeunes footballeurs et footballeuses et la facilitation du travail décent nécessitent l’implication et la participation pleine et entière de tous les acteurs y compris des organisations de travailleurs représentatives, libres, fortes et indépendantes sur le plan national, régionale et continentale.

Voir la galerie photos ICI

Pour plus d’informations :

François Gombahignonri KOUASSI, Chargé de communication, bureau de l'OIT pour la Côte d’Ivoire - kouassig@ilo.org

Photo de famille entre les jeunes footballeuses et footballeurs et l’équipe de la sensibilisation, brandissant le Carton Rouge contre la violence et le harcèlement dans le milieu du foot.